mardi 10 juillet 2007

Pourquoi ! ! Toujours pourquoi ! ! !

Toujours être ailleurs

Eric Damfreville

Une nuit
Sans bruit
Me semble éphémère


L'ex-otage
français
en
Afghanistan,
Éric Damfreville

Volontaire !

Si tu es fugitif
NOIR DÉSIR
paraît volontaire !



Dans la nuit . . . On erre . . . Oui ! On se libère !

AGORA

Il m’aura fallu faucher les blés
apprendre à manier la fourche
pour retrouver le vrai
faire table rase du passé

la discorde qu'on a semée
à la surface des regrets
n'a pas pris

le souffle coupé
la gorge irritée
je m'époumonais
sans broncher

Angora
montre-moi
d'où vient la vie
où vont les vaisseaux maudits

Angora
sois la soie
sois encore à moi

les pluies acides
décharnent les sapins
j'y peux rien, j'y peux rien
coule la résine
s'agglutine le venin

j’crains plus la mandragore
j’crains plus mon destin
j’crains plus rien

le souffle coupé
la gorge irritée
je m'époumonais
sans broncher

Angora
montre-moi
d'où vient la vie
où vont les vaisseaux maudits
Angora
sois la soie
sois encore à moi



Dédoublement bashungnien

La provoc. L'errance l'évoque . . .

Raphael frôle Serge

Les Bons débarras !

- Notre amour ma jolie ?
- Bon débarras !
- Notre union ma douce ?
- Bon débarras !
- Oui ! Mais . . . Nous ?
- Bon débarras !
- Reste avec moi ! Pour cette nuit !
- Bon débarras !
- Écoute !
- Bon débarras !
- Arrête !
- Bon débarras ! Bon débarras ! Bon débarras !
- Ratisse les jours heureux ! Explore l’espoir ! Il nous reste quelques
choses ! Une lueur! Surtout ne me dis pas que l’heure semble là ! Ici !
Maintenant !
- Bon débarras !
- Bon . . . Déchire-nous !
Quitte cet hymne à l’amour !
La mort mord à la passion !
Zone sur d’autres ailes . . .
L’unisson sonne creux !
Les gens heureux nous en ferons une histoire,
de cette illusoire rencontre
entre
la bête pas si bête
et
la belle querelleuse.
La voleuse d’années,
nez à nez avec la frileuse existence,
abandonne la transe
et va danser ailleurs maintenant ! ! !


L'errance Gainsbourgeoise . . .

Les confidences d'un Depardieu errant . . .

On se greffe à la chorégraphie

Attention ! On s’y dirige !

Masser . . .
Masser . . .
Je t’aime assez . . .
Pour te ramasser . . .
Et classer les lunes
L’une après l’autre
Mon hôtesse
Mes belles fesses fascinantes
L’antre de l’orgasme s’érige
Attention ! J'arrive ! ! !